Inktober 19

Bon, je suis carrément en retard, mais j’ai beaucoup procrastiné cette semaine (petit coup de calgon) et j’ai commencé un nouveau carnet en A4 parce que je ne supportais plus le papier du précédent. et voilà un portrait de la déesse Astarté, telle que je la vois dans mon roman (oui elle a 4 bras, donc 2 fois plus de chocolat ^^). J’en avais marre des thèmes et j’avais trop envie d’inaugurer mon carnet avec elle :-).
donc voilà, je découvre le Pocket brush pen de Pentel, la peinture métal, les aquarelles et la colorex, dont je n’ai pas du tout l’habitude. Je suis plutôt contente du résultat.

Astarté - Inktober 19

Suivez le ruban rose !

J’interromps momentanément mon challenge pré NaNoWriMo pour vous transmettre un message important du temple d’Astarté :

Nous voici en octobre, mesdames ! Avez-vous entendu parler d’octobre rose ? Il s’agit de la 21ème campagne d’information annuelle autour du cancer du sein. La déesse tient à votre santé, aussi vous conseille-t-elle de ne pas craindre de vous faire dépister si vous avez 50 ans ou plus – et ne l’avez pas encore fait – ou de poser vos questions à un cancérologue sur le site cancerdusein.org.

Suivez le ruban rose du 1er octobre au 15 novembre !

- Le temple d'Astarté soutient la prévention du cancer du sein -

– Le temple d’Astarté soutient la prévention du cancer du sein -

Une dame rejoint la galerie

Bonjour à tous,

j’avais dans l’idée de dessiner tous les mâles importants de mon récit avant de m’attaquer aux dames, mais j’ai changé d’avis. Je voulais de la couleur, et j’ai du mal à visualiser les hommes en couleur. Ne me demandez pas pourquoi, aucune raison logique à cela. Donc, je me suis attelée à la maîtresse d’Alaia, Nessato la Houri. Dans mon monde, les houris sont des enchanteresses, des sorcières qui envoûtent leurs « proie » par leur beauté, leur voix, ou leurs gestes. Leur magie leur permet de contrôler les esprits, mais pas seulement. Elles peuvent également modifier leur apparence, voire parfois guérir certaines blessures. On prétend que leur pouvoir leur est transmis par le sang, car les houris seraient les descendantes d’Astarté elle-même. Cela fait un petit moment que je cherche comment représenter Nessato. Je voulais rendre l’aspect soyeux et ambré de sa peau. J’ai utilisé la technique des markers Copic, des feutres dont les couleurs se mélangent très bien pour faire un test. Qu’en pensez-vous? Je l’avais déjà utilisée pour la représenter en compagnie de Taleb, mais cette version là me plaît davantage.

Quelques explications sur le prologue

Bon, si on commençait par le commencement? :)
voici un extrait du prologue, qui se déroule parmi les dieux. On y découvre le couple « royal » , Ahriman et Astarté. Le Dieu Noir et la Reine des Cieux. Ils représentent pour le monde des forces à la fois créatrices et destructrices, ils peuvent tous deux se montrer tout à tour généreux et cruels. Je leur ai donné ce petit côté très humain qui caractérise les dieux grecs plus que les divinités égyptiennes, parce que tout de même, on se marre plus chez les grecs! :) Ces deux parèdres se complètent à la perfection. Astarté est la lumière, le feu, la passion, Ahriman est plus mesuré, calculateur, il est les ombres et les ténèbres.

« Le palais rayonne d’un éclat n’appartenant pas au jour naissant. Les colonnes d’obsidienne de la salle du trône reflètent la lumière des flammes. Le ciel s’embrase et l’air se charge de particules cendreuses. Des clameurs résonnent en dehors des murs, de plus en plus proches. Des légions s’affrontent à l’entrée de son domaine. Ahriman ne s’en émeut pas. Son regard se perd dans la contemplation du visage de son épouse. Sa main noire et lisse effleure la perfection de sa joue, sur laquelle perle une larme d’or. Malgré sa peine, elle parvient à sourire ; une force de caractère qu’il admire plus encore que son éblouissante beauté.
— La guerre touche à sa fin, murmure-t-il en posant un baiser sur ses lèvres suaves.
Elle penche son visage sur le côté et ses bras s’enroulent autour des hanches et des épaules de son époux. Il frémit. Le doux contact de ses quatre mains se promenant sur sa peau d’ébène le ravit.
— Je le sais, répond la Reine des Cieux, méfie-toi d’eux. Je veux que tu me reviennes.
— Je t’aime Astarté, ne t’inquiète pas, jamais je ne te quitterai.
Le seigneur noir sourit. L’armée rebelle tenant le siège devant son palais ne l’effraye nullement. Ses propres troupes protègent son domaine. Des âmes dévouées à leur maître et galvanisées par son pouvoir. Aucun de ses pairs n’en possède autant que lui, pas même Astarté. La jalousie mesquine de mon frère n’y changera jamais rien, songe-t-il, confiant. »

Suivi par l’arrivée du frère ennemi, Seth, le maître du désordre et des orages. Il a provoqué le chaos parmi les dieux, poussant ses pairs à la révolte. C’est une figure sombre, prétentieuse, ambitieuse, mais tout de même pas dénuée d’intelligence. Il sait que pour obtenir le trône, il doit se montrer conciliant avec ses alliés, et les amadouer. Sa détermination à prendre le pouvoir est sans limite. :psycho:

« Des bruits de pas attirent l’attention du couple. Des pas métalliques, lents, assurés. Dédaigneuse, la reine redresse le menton à l’apparition de l’intrus. Ce dernier se présente en armure, son torse viril couvert d’une cuirasse noire, une longue jupe d’écailles de démon coulant jusqu’à ses pieds. Son visage, comme toujours, reste caché sous le heaume du chacal, masque couleur nuit dépourvu d’expression, une émeraude de la taille d’un poing humain fichée dans chaque orbite. Nul ne connaît l’aspect de Seth, personne ne souhaite le voir sous son vrai jour… Le maître des tempêtes et du désordre s’arrête à l’entrée de la salle du trône, les mains dans le dos. Il s’incline exagérément, d’une révérence dont la moquerie n’échappe pas au souverain.
— Majesté, je me réjouis de te trouver ici, dit-il d’une voix onctueuse, je croyais que tu cherchais à m’éviter !
Si l’ironie habille Seth comme une seconde peau, la reine maîtrise cet art à la perfection. D’un ton mordant, elle s’interpose :
— T’éviter ? Certes… ta jalousie empuantit notre palais !
Le Chacal reste impavide, mais le roi perçoit sa colère contenue. Il déteste Astarté autant qu’il la désire. Comment le lui reprocher ? Elle resplendit parmi les astres, sa chevelure de feu glisse en une coulée de lave sur sa gorge d’albâtre. Ses caresses transportent l’amant vers l’extase, les accents de sa voix guérissent les maux ou conduisent à la mort de celui qui l’entend. Elle aime, donne la vie et la supprime avec cette malice et cette candeur qu’adore son époux. Même un être de pure malignité tel que Seth ne peut que succomber. »

J’ai pris le parti d’écrire les scènes se déroulant parmi les dieux au présent, pour bien les dissocier de ce qui se déroule chez les cancrelats les mortels! :)