Mes outils d’écriture

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler des outils que je préfère utiliser pour préparer mes idées et mes sessions d’écriture. Vous allez vite constater que je suis une adepte des outils modernes et à la pointe de la technologie. :-D

hot

Du meilleur choix pour soi:

Je pense que chacun fonctionne selon ce qui lui convient le mieux, certains parmi mes amis ne jurent que par Scrivener et je suis convaincue que c’est un super logiciel, seulement il ne me parle pas du tout. Et pourtant, j’ai failli l’acheter à plusieurs reprises, avant de m’arrêter pour réfléchir à ce dont j’avais besoin, moi. J’avais déjà testé un logiciel de ce type nommé yWriter, avant de me rendre compte que 1 je n’y pigeais rien et 2 c’était très froid et austère, comme outil.

Pour ma part, je me rends compte que je suis très attachée au toucher, au regard, au concret. Donc, en lieu et place de Scrivener, j’ai choisi ceci:

Le bon vieux papier, y a que ça de vrai!

Le bon vieux papier, y a que ça de vrai!

En premier, il y a un cahier dont j’ai personnalisé la couverture en kraft un peu fadasse avec un portrait d’Alaia sur les rives du Neilos. Je m’en sers pour compiler mes notes, mes idées sur le monde, la magie, je floconne aussi un peu dedans. Quelques petits marque-pages colorés et zou!

Voilà, ça vous donne une idée de ce que je mets dedans!

Voilà, ça vous donne une idée de ce que je mets dedans!

Le cahier qui se trouve en dessous me sert pour mes sessions d’écriture. Mon premier jet de base tout cracra finit dedans avant d’être tapé et – j’espère – amélioré sur Word.

Ensuite, j’utilise mon agenda chéri (Oui je suis une addict à Filofax… Je sais) pour essayer de m’organiser et de gérer mon temps d’écriture. J’ai réservé une section à un planning mensuel de type Bullet Journal qui est encore dans ses balbutiements.

Un brave stylo (là c’est un marqueur noir que j’utilise aussi bien pour écrire que pour dessiner, mais j’aime beaucoup écrire au stylo plume) et le tour est joué!

tumblr_nq0176hJCz1tx5cygo1_500

Aller au plus efficace

Pourquoi j’ai choisi cette option plutôt que les multiples outils numériques qui facilitent le travail des écrivains aujourd’hui? Parce que depuis toujours, je suis une droguée des papèteries. J’ai toujours aimé les carnets, les papiers de qualité, les stylos colorés. Quand je suis devant un écran, j’ai tendance à me disperser, à rester une heure devant ma page Word blanche, alors que sur le cahier, je note, je rature, je finis par pondre une phrase, puis deux, puis un paragraphe entier, etc.

Ok, c’est long, je n’écris pas aussi vite de cette façon que si je me lançais sur le clavier directement. Mais c’est de cette façon que me viennent les idées. Du coup, je suis plus efficace en utilisant ces outils. Cela ne veut pas dire que ça fonctionnera pour tout le monde de la même manière. Je pense qu’il est important de se fier à ses besoins, ses sensations, avant de vouloir changer sa méthode ou investir dans un nouveau logiciel.

Et vous, quels sont vos outils d’écriture préférés? Si vous voulez venir en parler par ici, n’hésitez pas!

 

 


6 réflexions au sujet de « Mes outils d’écriture »

  1. Au contraire de toi, j’ai bien peur d’être un adepte du tout-numérique. Si scrivener me fait de l’oeil, je ne suis pas sûr qu’il puisse réellement apporter quelque chose à mon processus d’écriture, dans la mesure où je me consacre à des textes courts ou, au mieux, pas trop longs (bref, des nouvelles et des novellas). Mes seuls outils, ensuite, sont Libreoffice pour le côté traitement de texte, Antidote pour les corrections et surtout les traques de répétitions et de phrases longues, puis enfin un compte Hubic pour la sauvegarde et l’accessibilité de mes fichiers de travail où que je sois.

    J’adorerais noircir des pages de carnets, de cahiers, d’agenda comme tu le fais avec enthousiasme, mais dans les faits, j’aime voyager « léger », sans m’encombrer au quotidien de stylos, carnets et autres. Du coup, le numérique représente pour moi la panacée, et contrairement à toi, un écran blanc ne me paralyse pas, j’arrive à le noircir aussi facilement que toi tes cahiers :-)

    Le plus dur est de résister aux sirènes de la procrastination lorsque j’écris sur un écran. Tiens, d’ailleurs, qu’est-ce que je fais là, moi? C’est bien la preuve que le numérique est à la fois mon allié et aussi mon ennemi. Je me laisse facilement distraire.

    • Hello Olivier ! Quel plaisir de pouvoir échanger avec quelqu'un qui ne fonctionne pas du tout comme moi! ^^
      À mon avis, tu as trouvé la méthode qui te convient et c'est bien là l'essentiel! Personnellement, je crois que je serai toujours une amoureuse des carnets, mais en voyage, il est clair que je n'emmène que le minimum avec moi!
      Pour ce qui est de Scrivener, je crois que comme pour toi, il ne m'apporterait pas grand-chose, même si j'ai tendance à ne pas savoir faire court. Quelques onglets dans mon cahier et hop, toutes mes notes sont facilement identifiables! ;-)
      Pour mes sauvegardes, la Dropbox me convient pour le moment.
      Par contre, je t'avoue que même les cahiers ne m'immunisent pas contre la procrastination! ^^

  2. J’utilise le papier (comme toi, les logiciels d’aide à l’écriture ne me parlent pas du tout) mais, par contre, je prends très peu de notes. Mises à part de courtes fiches pour les personnages et l’univers, je ne couche rien d’autre sur papier. L’histoire se construit au fur et à mesure où je l’écris (sur ordinateur) et je me contente de mettre sur un cahier un résumé très court de ce que j’ai pu raconter dans chaque chapitre, histoire de ne pas perdre le fil. Je sauvegarde régulièrement, bien sûr, en local et sur un disque externe, et voilà !

    • Bonjour Lauryn,

      Je trouve que c’est une très bonne idée de résumer sur papier ce que tu as déjà rédigé! Je devrais me faire ça aussi, pour gagner du temps. Si je comprends bien, tu ne planifies pas des masses le récit avant de te lancer! :-) Moi non plus. Mon cahier regorge de notes sur les persos et le monde, mais je ne suis pas une architecte qui maîtrise son plan sur le bout des doigts. Parfois, entre ce que j’ai écrit dans le cahier et ce que je retape, il y a un gouffre, car mes persos n’en font qu’à leur tête et l’intrigue se barre dans une direction toute différente! ^^
      Merci de ton retour d’expérience, en tous cas. Jaime beaucoup savoir comment s’y prennent les autres dans leur vie d’écriture!

      • La seule fois où j’ai fait un plan, je ne l’ai pas du tout respecté alors je n’essaie même plus ! Je sais que d’autres auteurs y arrivent facilement, voire qu’ils en ont vraiment besoin, mais ce n’est pas mon cas. J’ai juste besoin de bien connaître mes personnages et le monde dans lequel ils évoluent. Pour l’histoire, je me fais confiance pour bien la construire au fur et à mesure. C’est comme ça que je fonctionne, et je me sens bien ainsi ! :)
        Je suis très heureuse d’avoir échangé avec toi, partager son expérience est en effet très agréable.

        • Aah je comprends totalement, moi aussi si je planifie en détail, je bloque. je préfère me laisser porter par les personnages et leurs motivations.

Répondre à Lauryn Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>