Chronique: Apophian, la prophétie des éléments III par James Tollum

Une petite chronique sans prétention en ce dimanche ensoleillé, celle du troisième et dernier volet de la Prophétie des éléments.

Les couvertures des romans de James Tollum claquent, c'est indéniable! :-)

Les couvertures des romans de James Tollum claquent, c’est indéniable! :-)

Le résumé :

Suite aux révélations faites par la Sorcière Trisha, Éthan se retrouve perdu et assailli de doutes. Lui qui a tant cherché à connaître ses origines et la vérité concernant ses parents, regrette à présent d’avoir entamé cette quête.
Ses amis arriveront-ils à l’aider à s’accepter ? Malheureusement le temps presse, car les scellés qui retiennent le Démon vont bientôt céder. Les Gardiens devront alors être réunis pour vaincre Apophian et sauver les Deux Terres ou périr en condamnant tous les peuples.
Mais reste une énigme épineuse : qui est le faux Gardien.
Éthan doit rapidement retrouver Irina pour qu’elle lui indique où se trouve la stèle des dieux. Selon Trisha, cet artefact peut assister le jeune Ythérien à découvrir sa source, et, par la même occasion, à identifier l’imposteur.

Pendant ce temps, à l’autre bout des Terres d’Antyras, Irina et les survivants d’Antalia ont trouvé refuge à Karagandha, la cité des Rockshriim. Mais l’entente avec le roi Rodrack ne s’avère pas évidente, tout oppose les deux dirigeants.

À qui appartient cette voix qui torture sans cesse le pauvre Malak, anéanti par la mort de sa bien-aimée, en lui susurrant des mots utopiques et en lui promettant de ramener à la vie la douce Prisca.

L’heure approche et, dans chaque camp, les forces se regroupent en vue de l’affrontement final, dont le dénouement n’est nullement écrit dans … La prophétie des éléments.

Mon avis:

Pour tout dire, en général, je déteste arriver au bout d’une histoire. C’est vraiment dur pour moi de quitter un univers et des personnages. Là, pour le coup, j’ai abordé ce dernier tome avec le même sentiment et j’ai mis du temps à terminer ce roman. Ceci dit, James Tollum a réussi à clore son histoire avec un certain panache, en laissant même une porte entrouverte sur une éventuelle suite.

J’ai retrouvé l’écriture caractéristique de l’auteur, simple et efficace et ses héros à la personnalité travaillée. James Tollum sait maintenir la tension au fil des pages et malmener ses personnages! Certains d’entre eux sont amenés à faire des choix difficiles, voire cruels, personne n’est tout blanc ou tout noir. Là dessus, rien à redire.

Ce qui m’a un peu perturbée, c’est le rythme du roman. Les événements s’enchaînent, beaucoup de personnages interviennent et parfois, j’ai trouvé des passages très longs alors que d’autres auraient mérité d’être un peu plus développés. Le rôle des Gardiens, notamment, aurait gagné à être plus important ( à mon sens) pour ne pas donner l’impression de servir de faire-valoir à Ethan. Arkan (le sorcier salopard) a lui aussi tendance a s’effacer complètement dans ce dernier volet, se faisant voler la vedette par quelqu’un d’assez inattendu! Par contre, l’évolution de Mira est très bien amenée, chapeau!

En conclusion, si vous aimez la pure fantasy, les batailles épiques du bien contre le mal, les personnages hauts en couleurs, vous pouvez y aller: la prophétie des éléments ne vous décevra pas! ;-)