Mon expérience du « speed dating » des Imaginales 2015

Bonjour à tous,

J’espère que votre week-end fut bon ! Le mien fut on ne peut plus riche en émotions, notamment le vendredi 29 mai, date du très attendu « speed dating » des Imaginales. 10 éditeurs présents à Épinal pour rencontrer des auteurs aspirants à publier leur premier roman. Rien que ça !

Pourquoi m’y suis-je inscrite ? (Préparez-vous un café, ça va être long !)

En 2013, j’ai commencé la rédaction de mon premier roman, une histoire très « Dark Fantasy » inspirée d’une campagne de jeu de rôles jouée quelques années auparavant et menée de main de maître par mon cher et tendre. Rendons à César ce qui appartient à César, il m’a grandement aidée à bâtir l’univers et c’est mon plus grand soutien depuis le début de cette aventure qui commença – je le rappelle – par un burn-out. (Rassurez-vous, on va un peu rire quand même dans ce compte-rendu ^^)

J’avais pas mal de temps devant moi et l’envie de bouffer le monde entier. Plutôt que de dormir toute la journée (et accessoirement de consulter un psy), j’ai décidé de m’accorder le temps de faire ce que je n’avais jamais osé faire : écrire !

tumblr_nm7hscdXb51t04x43o1_500

Ainsi naquit Le Cycle du Dieu Noir !

(On entend le tonnerre et les éclairs derrière moi ?)

J’avais envie de rester dans mes sujets de prédilection, la mythologie et les légendes issues de la Grèce et de l’Égypte, du coup, cette campagne est revenue sur le tapis. D’anciens dieux, cruels et mesquins, des humains ambitieux et avides de pouvoir, des convoitises et de la luxure ! What else ?

En premier lieu, j’ai réfléchi à ce que je voulais comme personnage principal. Je savais que je voulais un personnage principal féminin, je savais qu’elle allait en prendre plein la tête (j’avais pas mal de choses à régler), mais je ne voulais pas qu’elle devienne pour autant une brute ou un être rongé par la haine.

Je savais aussi que le contenu risquait de ne pas être adapté à tous les publics, même si de nos jours, les plus jeunes en connaissent un rayon question violence et érotisme. En ce qui me concerne, j’ai dévoré des romans qui ne m’étaient pas forcément destinés quand j’étais ado. Un de mes souvenirs les plus marquants reste La Révolte des Nonnes, de Régine Deforges, un récit mêlant sauvagerie, sensualité et religion avec maestria.

url

J’aurais adoré qu’elle écrive de la fantasy ! (Elle n’en était pas loin dans ce roman, ceci dit.) Du coup, si une plume m’a inspiré l’envie de me lancer, c’est bien elle !

J’ai commencé la rédaction et j’ai bien galéré. Je n’avais jamais vraiment réfléchi à la façon dont on concevait un roman, j’y suis allée à l’arrache, ai repris des pages et des pages, réécrit des scènes, avant de me poser et de me dire : « Et si tu faisais un ***** de plan ? » C’est à ce moment-là que j’ai cherché des conseils sur le net, lu les expériences d’autres auteurs, commencé à partager sur Ipagination, avant de rejoindre CoCyclics pour travailler mes textes en profondeur.

C’est sur le forum que j’ai entendu parler du speed dating. Au début, je me suis dit que mon texte n’était pas prêt, que je n’étais pas prête à soumettre mon roman. Et puis au début 2015, quand j’ai ouvert mon challenge pour écrire la suite de l’histoire, j’avais un roman fini et corrigé, qui n’attendait plus que l’avis de pros pour s’épanouir. Pourquoi hésiter ?

Et donc, c’est parti !

L’organisation du speed dating nous a demandé de préparer un manuscrit papier et nous a fourni la veille la liste des éditeurs présents en nous demandant d’en choisir 4 sur les 10. Nous n’étions pas sûrs de pouvoir tous les rencontrer.

Après un réveil à près de 5h pour prendre le train, je suis partie vendredi 29 mai, accompagnée de mon éternel chevalier protecteur et soutien fidèle, en direction du festival Les Imaginales. Pour être honnête, j’avais plus que la boule au ventre en y allant. Non que je n’aie pas confiance en mes écrits, mais soudain, j’avais l’impression que tout irait de travers, que mon texte n’était pas prêt et que j’étais incapable de le vendre ! (L’expérience m’aura prouvé que je n’avais pas tout à fait tort :oops: )

J’ai passé le trajet à travailler un pitch et à le mémoriser, sachant que de toute façon, j’allais l’oublier une fois devant les éditeurs (Là aussi, j’ai vu juste !). En arrivant sur les lieux, j’ai essayé de passer une journée aussi cool que possible et je remercie mes copines grenouilles de m’avoir soutenue et encouragée avant l’échéance. Certaines avaient organisé une séance de pitch avant le repas de midi, mais j’ai préféré penser à autre chose pour ne pas stresser davantage.

tumblr_nlsvlbNm0B1qmykrbo1_540

À 17h30, je me suis retrouvée devant l’accueil, cernée par des candidats qui s’observaient plus ou moins timidement, discutaient de leurs projets en essayant de rester zen. Et puis, enfin, on nous a conduits sur le lieu top secret du speed dating, un sympathique restau du centre.

Installés dans une minuscule pièce (franchement, c’était petit pour tout ce monde, on était 25 ou 26, il me semble), nous avons reçu les conseils de Silène Edgar et Élise Dattin, puis la visite de Nadia Coste, qui nous a raconté sa propre expérience du speed dating. Leurs conseils et leur humour à toutes ont bien détendu l’atmosphère. Pendant ce temps, les premiers candidats sont montés à l’échafaud l’étage.

Soudain, on m’a appelée. J’ai inspiré très fort, pris mon manuscrit et suis montée à mon tour. Bon, par politesse, je ne nommerai pas les maisons d’éditions qui m’ont accordé du temps, ne sachant pas si les personnes ont envie d’être citées ici.

Pour mon premier entretien, je rencontre une jeune femme charmante travaillant pour une maison que j’adore, en plus ! Elle me met tout de suite à l’aise, je lui présente mon roman (bien sûr, rien à voir avec mon pitch soigneusement préparé) et elle semble enthousiaste : le genre lui parle, l’ambiance aussi. On parle du nombre de tomes, de mes avancées, elle me demande si mon roman a été lu, corrigé. Au final, elle me donne sa carte et me précise que quand j’aurai envoyé le texte, je peux la prévenir en lui rappelant les mots-clés Astarté et dark fantasy, dont elle risque de se souvenir ! Plutôt sympa comme entretien !

tumblr_nmpxk8rDrx1u9yj37o8_250

Je n’ai pas longtemps à attendre avant de rencontrer le deuxième éditeur, un monsieur, cette fois. Je me sens un peu moins à l’aise parce qu’une fois que je lui ai présenté le projet, il pose très peu de questions sur l’histoire ou les persos, plutôt sur le nombre de sec (signes espaces comprises), le nombre de tomes prévus et demande si j’ai un synopsis sur moi, car ils fonctionnent avant tout sur syno et sur l’envoi des 50 premières pages. Comme je n’ai que le manuscrit (misère !), il le parcourt un petit moment et constate que ça semble « dynamique » et apprécie qu’il y ait pas mal de dialogues. Là je respire mieux. Pas de carte, mais il me conseille d’envoyer le syno et les 50 premières pages sur le site. Ok, pas de souci ! Entretien bref, mais direct ! :-)

Dans la salle, on nous indique que l’un des éditeurs que j’ai choisi est parti plus tôt. Il m’en reste donc un, mais pas des moindres ! Je remonte, un peu paniquée et fatiguée. Nouvelle présentation de l’histoire où l’on parle découpage. Il veut savoir pourquoi je tiens à écrire plus de 3 tomes. Je lui explique la raison (J’ai plein d’artefacts à chercher, donc un tome par artefact, quoi !) et il me conseille vivement de me limiter à 3, au vu du contexte actuel. J’entends, je dirais même que je comprends tout à fait, même si une partie de moi me souffle que mon plan est dans la panade ^^. Pour lui, il faut que je me concentre bien sur ce qui sert l’histoire pour rester dans une trilogie, format rassurant pour tout le monde.

Ensuite, on parle du personnage principal et je lui explique qu’elle a pas mal souffert dans le premier tome. Là, son visage s’éclaire et il approuve totalement. Selon lui, il est essentiel que le personnage principal en « prenne plein la gueule » ! Je ne peux retenir mon sourire, oui, parce que je suis une auteure sadique au fond et que je viens d’obtenir l’adhésion d’un éditeur à ce principe !

tumblr_nft59xksdP1tawenmo1_500

En dernier lieu, il demande à voir le manuscrit (ouf, pas de syno pour lui !) et commence à lire la première page. Je me liquéfie en imaginant ce qu’il peut bien en penser. Enfin il relève la tête et me dit : « C’est bon, vous pouvez nous l’envoyer. » Je me retiens de pousser un soupir de soulagement.

J’aurais pu rester et rencontrer d’autres éditeurs, je sais que certains ont eu la chance d’en rencontrer 5, mais sincèrement après ça, je n’en pouvais plus et j’avais laissé mon chevalier tout seul sur le festival pendant 2h30 sans qu’il sache où j’étais (L’accueil n’a jamais voulu lui dire, d’ailleurs :-? ).

Je ne sais pas ce qu’il adviendra après ça. Mon manuscrit plaira-t-il ? Sera-t-il lu ? Je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est que j’ai vécu une expérience incroyable et rencontré des pros incroyablement disponibles et passionnés qui nous ont reçus avec beaucoup d’égards. Si vous hésitez à participer, j’espère que cet article vous aura convaincu de tenter votre chance l’année prochaine.

Sur ce, je vais aller bosser mon synopsis :lol: .

tumblr_nanqogEkYT1sppx6oo1_500

Le cycle du dieu noir- Personnages, organisation, objectifs

Bonjour tout le monde,

voilà quelques semaines que j’ai déserté ce blog, par manque de temps, certes, mais aussi par manque d’inspiration sur ce que je pouvais bien vous donner à lire. Je n’ai pas vraiment de conseils d’écriture à donner, je n’ai rien à chroniquer ces derniers temps faute d’avoir le temps de lire, bref, panne sèche!

tumblr_nm7hscdXb51t04x43o1_500

Des personnages intègrent la galerie

Après réflexion, j’ai décidé d’étoffer un peu ma galerie de personnages. Pour le moment, j’y ai ajouté Charid, mais je vais rédiger la fiche de son grand rival Thémis et bien entendu, celle d’Alaia. Jusqu’ici, seuls les personnes qui me suivent sur CoCyclics pouvaient accéder aux extraits la concernant, mais j’ai l’intention de vous en livrer quelques morceaux en public, tout de même!

On s’échauffe, on s’organise!

Sinon, pour revenir à l’écriture, je trouve que ces temps-ci, je laisse trop mon travail occulter mon inspiration. En fait, meilleurs sont mes résultats au boulot, moins j’écris… à croire qu’il faut que je sois mal dans mon job pour produire du texte et je refuse catégoriquement cette idée, qui me rappelle des passages déplaisants de ma vie. Mode psychologie off: il faut juste que je m’organise mieux pour avancer dans mon roman tout en bossant.

tumblr_nf57xqWCvY1tq2gioo1_500Pour cela, j’essaye déjà de rassembler mes notes. Je vous avais déjà parlé de mon Filofax dédié à l’écriture. En gros, c’est un agenda à anneaux reconverti en outil d’écriture, avec mes aides, mes penses-bêtes, mon plan, mes fiches de personnages, mes premiers jets manuscrits (oui, j’écris beaucoup à la main). bref, un genre de Scrivener ou de YWriter, mais qui ne planterait pas et qui est beaucoup plus joli! :lol:   Je vous le présenterai quand j’aurai eu le temps d’en prendre quelques clichés.

J’aurais aussi pu opter pour un bête classeur, mais comme il est beau, en cuir magnifique et qu’en plus il sent bon, j’ai préféré mon superbe Malden Violet ( et vu qu’il coûte un bras, autant le rentabiliser ^^ )

Il est encore plus beau en vrai! Les coutures sont parfaites, le cuir impeccable… non je ne suis pas folle! :)

Il est encore plus beau en vrai! Les coutures sont parfaites, le cuir impeccable… non je ne suis pas folle! :)

Je vous dirai si cet outil m’aide à me focaliser sur mon roman. En attendant, je me suis fixée un objectif d’écriture de 4-5 pages par jour, ce qui est ambitieux mais parfaitement jouable si je ne procrastine pas trop devant le PC. Bref, un genre de NaNo, mais hors cadre, sans objectif de nombre de mots mais plutôt en pages, pour avoir l’impression d’avancer sans avoir le nez rivé au compteur. Là aussi, je vous tiens au courant de mes avancées!

Et on regarde devant soi!

Dernière chose, je me suis inscrite pour le speed-dating des Imaginales en mai 2015. Ce qui veut dire qu’il faut aussi que je prépare un pitch pour présenter mon roman aux éditeurs qui participeront, dans l’hypothèse où ma candidature serait acceptée. Bref, plein de choses à préparer, ça fait peur, mais c’est excitant!

tumblr_nft59xksdP1tawenmo1_500

Chronique: Le Talisman de Nergal, Hervé Gagnon

Bonjour tout le monde,

Je n’avais pas réalisé que cela faisait déjà si longtemps que je vous avais laissés sans nouvelles. Toutes mes excuses ! Le mois de janvier était déjà chargé, mais février ne me laisse pas plus de répit. Ceci dit, j’ai au moins le temps de lire un peu et de vider ma PAL petit à petit. Et ça, c’est bien !

Depuis le début de l’année, j’ai découvert une série de 6 romans très chouettes écrits par Hervé Gagnon, Le Talisman de Nergal.

J’ai découvert ses romans par hasard, parce qu’il fallait absolument que j’achète un bouquin chez une enseigne de librairie très connue (celle qui te refile une carte en t’envoyant des gens chez toi, que tu prends parce que tu as pitié de ces pauvres gens qui doivent se tartiner du démarchage en porte à porte pour gagner leur croûte) avant de recevoir leur sélection automatique.

Je ne savais pas du tout quoi acheter, mais le titre de sa série m’a plu. Je ne regrette pas du tout mon achat. D’ailleurs, cette fichue obligation de leur acheter un bouquin par trimestre m’a permis de découvrir pas mal de titres excellents. Toute ma collection de l’Assassin Royal, de Robin Hobb vient de chez eux, par exemple. Enfin bref, Hervé Gagnon et son Talisman de Nergal vont rejoindre les rangs des romans qui m’auront encouragée à garder cette carte. Mon portefeuille ne vous remercie pas, Monsieur Gagnon, sachez-le !

Mais ça parle de quoi au juste ? Toute l’histoire tourne autour de Manaïl, Élu d’Ishtar, chargé par la déesse de retrouver les fragments du talisman de Nergal et de le détruire pour éviter au monde un sort funeste aux mains des adeptes de cette sombre divinité. (Je résume grandement pour ne pas trop en révéler.)

Manaïl a d’abord du mal à se faire à l’idée que lui, pauvre gamin des rues de Babylone à la main difforme puisse attirer l’attention d’une déesse. Mais un vieux mage va se charger de l’aider à comprendre les enjeux de sa quête. En parlant de sa mission, elle va l’entraîner à travers le temps à la recherche des mystérieux fragments, que tous les Nergalii rêvent aussi de récupérer. Si Manaïl peut voyager à travers le temps, eux aussi le peuvent, cela donne parfois des intrigues un peu compliquées à suivre. J’avoue que le tome 2 m’a donné du fil à retordre, parce qu’il fallait que je comprenne comment fonctionnaient les voyages à travers les kans et que je me sentais aussi paumée que Manaïl ! J

À partir du tome 3 en revanche, j’ai tout dévoré d’une traite. En plus, on sent que l’auteur maîtrise le sujet à fond, nous entraînant à travers Jérusalem, Londres, Paris et j’en passe, dans des courses-poursuites effrénées. Il sait rendre l’atmosphère de chaque époque sans en faire trop, j’ai été bluffée. Perso, j’ai adoré Londres et Paris, les personnages secondaires y étaient les plus savoureux et les intrigues vraiment intéressantes. De plus Manaïl évolue beaucoup à travers ses aventures, Hervé Gagnon gagne pour moi une palme d’auteur sadique (j’adore ça !) envers son héros. On peut dire qu’il morfle, le pauvre ! Heureusement qu’il peut compter sur une copine dotée de sens pratique et de débrouillardise pour lui sauver les fesses et l’aider à ne pas baisser les bras ;)

J’aime moins la façon dont les Nergalii sont traités, mais j’avoue qu’il est difficile de donner de la profondeur à ce type de personnages. Ceci dit, je suis très exigeante sur la qualité des méchants, et ils ont le mérite de remplir leur mission, mettre de vrais bâtons dans les roues du héros.

Du coup, après avoir découvert cet auteur, j’ai bien envie de lire ses autres romans. Je ne sais pas encore lesquels, Maléfica peut-être. On verra bien. En attendant, si vous cherchez des idées de lecture, faites-vous plaisir avec Le Talisman de Nergal, je vous le recommande !

La Griffe et le Talisman, mon nouveau challenge 2015 dans la mare

Aujourd’hui, c’est jour de réouverture de challenges sur CoCyclics, le site de béta lectures où je me suis inscrite l’année dernière.

Le site de béta lecture consacré aux littératures de l'imaginaire

Le site de béta lecture consacré aux littératures de l’imaginaire

L’idée de cette section, c’est d’écrire le premier jet d’un roman en 1 an, ce qui je vous l’accorde est beaucoup plus zen que le rythme sprint du NaNoWriMo.

En 2014, j’avais franchi le pas et avais inscrit mon tome 1 sur les challenges, ne sachant pas trop à quoi m’attendre. Je savais juste qu’on pouvait partager ses avancées, ainsi que des extraits (2 par semaine, pas plus) et obtenir les encouragements des membres du forum. Quelle ne fut pas ma surprise de voir affluer des tournées de nénuphou et du chocolat à n’en plus finir, ainsi que quelques coups de fouet parfois. Je ne pensais pas être aussi bien entourée et cela m’a grandement aidée à le finir, ce fichu premier jet !

Se réjouir des petites choses

Se réjouir des petites choses

C’est donc tout naturellement que je repars cette année pour continuer la folle épopée Fantasy d’Alaia au cœur de la Terre Noire. Les sections étaient accessibles dès 00h01 cette nuit, mais autant dire qu’à cette heure, l’écrivaine sans foi ni loi que je suis dormait à poings fermés.

En me connectant ce matin vers 7h (oui, j’ai fait la grasse mat’), j’étais un peu fébrile à l’idée de retrouver mes petits camarades et de découvrir les règles instaurées par les modérateurs. De ce côté, peu de changement, j’étais rassurée. J’ai ri en voyant qu’il y avait déjà 19 challenges ouverts depuis minuit, c’est dire l’engouement des grenouilles !

J’ai attendu un peu avant de m’inscrire parce que je voulais retrouver ma section d’origine, le temple d’Heqet (une déesse égyptienne pour une ambiance équivalente, ça aurait été top !) et puis j’ai changé d’avis en me souvenant qu’en 2014, on était 4 pelés au temple alors que la plupart des sections débordaient de participants. Donc, j’ai craqué et me voilà dans le Chaudron de Trevor, où j’ai de suite été accueillie chaleureusement par d’adorables grenouilles dont 2 me « marrainent » (les mêmes qu’en 2014, ça me touche beaucoup !)

Cela veut dire une chose : les vacances sont officiellement terminées ! Mes personnages repartent avec moi dans le désert de Kemet à la recherche des reliques du Dieu Noir.

Je partagerai mes avancées ici pour ceux qui ne sont pas membres de CoCyclics, of course et je vais aussi essayer de vous faire des rappels du tome 1 pour faciliter la compréhension des personnes qui seraient assez folles gentilles pour passer dans le coin.

On commence avec les pitchs, si vous voulez (et si vous voulez pas, c’est le même prix ! ;-) )

Le tome 1 :

Ahriman, le « Dieu Noir » s’est éteint depuis des siècles, tué de la main de son propre frère, Seth, qui a revendiqué le trône et la main de la Reine des Cieux. Cette dernière, dans l’ombre, prépare patiemment sa vengeance contre celui qui l’a spoliée de son pouvoir et de son époux.
Sur la terre de Kemet, une orpheline élevée parmi une bande de voleurs croise une nuit le chemin d’un guerrier inconnu. Il transporte avec lui une gemme mystérieuse, dont l’appel attire étrangement la fillette. Si Alaia est loin de mesurer le pouvoir qui vient de la frôler, d’autres, en revanche tentent de comprendre d’où viennent les bouleversements qui ébranlent le monde des mortels. Des factions puissantes vont rejoindre la toile tissée par la puissante et retorse Astarté, qui rêve de retrouver sa grandeur perdue.

Le tome 2 :

Alaia, une jeune voleuse reconvertie malgré elle dans le métier de courtisane, s’est emparée d’un mystérieux rubis qui s’est révélé être l’œil d’Ahriman, le Dieu Noir, assassiné par son frère Seth quelques milliers d’années plus tôt. Contrainte de fuir la cité de Busiris avec les sbires de Seth à ses trousses, elle ignore d’une part que sa maîtresse, la belle Nessato, a été arrêtée par le culte, et de l’autre qu’un groupuscule de guerriers venu d’un archipel lointain convoite lui aussi les reliques d’Ahriman.

Une course-poursuite à travers le désert s’engage pour rassembler les fragments du dieu mort et ranimer son pouvoir.

Comme vous pourrez le constater, malgré l’ambiance très masculine de l’univers, le récit tourne plutôt autour des femmes et on va dire que certaines ne s’en laissent pas compter. Go kick asses, ladies !

 f83c03cbf45840fce4ac77e0264e2d20

Bon ben, il n’y a plus qu’à, comme on dit ! Go 2015, bonne chance à tous pour vos projets, quels qu’ils soient et si vous voulez participer et laisser des commentaires ou des questions, vous êtes les bienvenus !

NaNoWriMo :le cap des 10000 mots est franchi !

Quelques nouvelles de ma première participation au NaNoWriMo, pour la poignée de fidèles qui me subit/m’encourage au quotidien et pour toi, visiteur occasionnel, tombé sur cette page au hasard d’une recherche sur les médicaments anti-procrastination ou les colliers d’esclave… sache que je suis ravie que tu prennes le temps de t’arrêter ici, qui que tu sois ! Je disais donc  : depuis le 1er novembre, j’entame la rédaction de la suite du Cycle du Dieu Noir. Je n’ose plus parler de tome 2, dans la mesure où je vais peut-être devoir couper mon tome 1 en petits morceaux… J’ai beaucoup appréhendé cette reprise de l’écriture, dois-je avouer. Après une longue chronique urbaine, passer à l’étape voyage-combats-exploration m’effraye un peu. Mais bon, je ne vais pas laisser la trouille bloquer mes avancées, n’est-ce pas  ?

tumblr_n5fxxiGfSN1rb6ufuo1_500

Comme je me connais et que je sais que les journées de travail ont tendance à me laisser apathique sur mon canapé le soir, j’ai pris les devants pour ce premier week-end de NaNo et ai grappillé un peu d’avance, avec une petite 7419 mots au lundi soir, ce qui est bien, mais pas top, si j’en juge par les compteurs de certains de mes « Writing buddies », dont certains visaient déjà les 15 000 mots à la fin du 1er jour (Ma Doué !)

Rappel  : pour arriver à écrire 50 000 mots en 30 jours, il faut 1667 mots par jour, pas 15 000, hein ? Nanmého, doucement, tout de même !  :-) Pour ne pas me décourager face à ce niveau de performance, j’ai décidé conjointement avec moi-même de ne plus regarder les compteurs, parce que bon, ça fait trop peur. :oops:

Arrive le mardi et la reprise du travail qui s’annonce comme la fin de mes belles séances d’écriture. Chaud d’aligner 1667 mots après 8 h de taf, mais je suis une lève-tôt, donc je réserve 40 mn à mon roman le matin, et jusqu’ici, ça marche bien. Il faut dire que pour une fois, j’ai préparé le terrain et rédigé un vague plan des 10 premiers chapitres, avec les scènes prévues, les persos impliqués ( Merci à tous les blogs d’écriture que je fréquente pour me mettre le pied à l’étrier). Ceci me permet de rentabiliser mes sessions p’tit déj puisque je sais ce qui doit être écrit. Du coup, mardi aux aurores, j’ai réussi à écrire 867 mots et ce matin, 1052, ce qui m’a emplie d’une joie tout enfantine ! Combiné à 1 h d’écriture le soir après le repas, et voilà franchie la barre des 10 000 mots aujourd’hui  ! (et accessoirement de gagner un badge !)

Et vous, vous faites le NaNo aussi ? Comment vous vous en sortez ?

tumblr_n7dq13QaJb1tey271o1_500